vendredi 30 mars 2018

Petite farce

( texte composé sur le thème 20, autour du mot poisson )


Au café LE GENÈVE, un homme, la soixantaine, presque chauve, lunettes d’écaille, installé à une petite table pour deux, lit le "Journal Du Dimanche" largement déployé devant son visage.

A une table voisine, une jeune femme très brune boit son thé à petites gorgées. Par-dessus sa tasse elle suit avec grande curiosité tout ce qui se passe dans la salle. Sans doute une étrangère : au hasard, je l’imagine libanaise.

S’efforçant de ne pas se faire remarquer, marchant sur la pointe des pieds, une femme très élégante et aussi très souriante vient s’asseoir sur la banquette en face de l’homme plongé dans sa lecture. Il ne s’en aperçoit pas car il tient toujours très haut son journal.

La jeune femme - que j’appelle la libanaise - écarquille les yeux et ses sourcils font comme deux accents circonflexes.

La nouvelle venue tient maintenant un magazine face à son visage exactement dans la même attitude que l’homme en face d’elle, sans doute son mari.

La libanaise, voyant bien qu’il s’agit d’une plaisanterie, met trois doigts devant ses lèvres comme pour s’empêcher de rire.

L’homme au JDD, saisi de quelque intuition, baisse alors son journal et fait  « Ho ! » en ouvrant une bouche de poisson d’aquarium

Alors nos trois personnages échangent de grands sourires puis de petits rires de gamins naissent comme après une bonne blague.

La présence d’une spectatrice intéressée rendait bien sûr la farce plus piquante.

Tu me diras que moi aussi j’observais tout cela mais… de loin et dans un incognito total.

GP

Aucun commentaire: