lundi 12 décembre 2016

Noël

( texte composé sur le thème 59, autour du mot dinde )

Il est des prénoms comme Assomption, Toussaint, Épiphanie et même «Fête Nat». Lui, c’était Noël, pour être né un 25 décembre, il y avait vingt-deux ans.

Cette année, pour les fêtes, Noël était invité chez sa sœur aînée et son beau-frère, parents de deux jumeaux de six ans. Il restait à choisir des cadeaux, ce qui n’était pas une mince affaire.

Pour se donner des idées, Noël s’installa devant son ordinateur, cherchant au hasard sur le site Le Bon Coin. Son attention fut attirée par cette annonce :

Déguisement complet de Père Noël - 20 €

Vends costume de Père Noël, taille XL, avec houppelande en peluche (pas en feutrine) et les accessoires : barbe, moustache, sourcils, bonnet… Le tout en excellent état. Expérience de Père Noël souhaitée.

Noël qui adorait se déguiser et qui avait toujours un nez rouge de clown dans sa poche, se dit que cela pouvait faire une bonne mise en scène pour étonner ses neveux.
Il essaya d’imaginer celui qui avait mis cette annonce : taille XL, cela désignait déjà quelqu’un de corpulent. Et pourquoi cette expérience souhaitée ? Bon, il ne fallait pas se casser la tête et vingt euros, c’était dans ses moyens.

Noël envoya donc un e-mail pour dire qu’il était intéressé. Par retour un rendez-vous fut fixé : le samedi 24 décembre à 16h, devant l’Office du Tourisme. Avant, ce n’était pas possible.

A l’heure dite, personne. Dix minutes plus tard, personne non plus. Il faisait très froid et Noël commençait à trouver la plaisanterie de mauvais goût. A plusieurs reprises il avait cru que telle ou telle silhouette empâtée pouvait être celle de son vendeur mais le personnage s’était vite éloigné dans le brouillard. Ce n’était quand même pas cette frêle jeune fille portant une valise en carton ? Non, rien à voir avec une taille XL. Elle montait les quelques marches montant à l’Office du Tourisme, se retournait, parcourait la place des yeux.

Si, c’était elle.

Noël avait hâte d’essayer le costume. La magnifique houppelande rouge à parements de fourrure blanche était très large et il put la passer par-dessus ses vêtements. Sous le regard amusé de la jeune fille, il commença à fixer la grande barbe de coton avec un élastique passant derrière ses oreilles, colla moustaches et sourcils, enfila le bonnet dont le pompon se balançait dans son dos.

Toutes ces opérations d’habillage avaient attiré quelques badauds. Des voyageurs sortant de l’Office du Tourisme vinrent se joindre au petit groupe, pensant sans doute qu’il s’agissait d’une attraction organisée en cette veille de fête. Noël, très cabotin, était à la parade, se prêtant aux demandes de selfies, interrogeant les enfants d’une voix de baryton pour savoir s’ils avaient été bien sages, improvisant une joyeuse farandole. La jeune fille battait des mains.

Prétextant que son traîneau était très mal garé deux rues plus loin, Noël fit des grands gestes d’au revoir, prit la jeune fille par la main et l’entraîna à l’écart. Il voulait bien sûr faire plus ample connaissance mais aussi se faire raconter l’histoire de ce costume. C’était très simple. Le grand-père de la jeune fille avait animé des fêtes de Noël pendant des années. Il était maintenant très vieux, dans une maison de retraite, et avait pensé qu’il lui fallait passer la main, trouver un successeur valable. C’est pourquoi il avait demandé à sa petite-fille d’ajouter à l’annonce : Expérience souhaitée…

Il était possible d’aller le voir dans sa maison de retraite en prenant le bus tout proche. Ils y montèrent sous les vivats. On scanda des: « Père Noël président ! » que le conducteur du bus rythma de son klaxon. La jeune fille entonna « Petit papa Noël » vite repris en chœur. Elle battait la mesure.

Et puis, ce fut l’arrêt devant la maison de retraite. Le grand-père eut les larmes aux yeux en voyant sa petite-fille accompagnée du Père Noël portant son beau costume : « C’est gentil, dit-il, d’être venu avec ton fiancé ! Et vous, jeune homme, vieil homme d’un jour, merci de prendre ma suite ! »

Les pensionnaires en étaient à la fin du repas de fête ; on mange tôt dans les hospices. Déjà, après les toasts de saumon fumé et la dinde aux marrons, on apportait la bûche. L’arrivée du Père Noël raviva l’enthousiasme. Noël fit cadeau au grand-père du nez rouge de clown qu’il avait toujours dans sa poche. Tous deux montèrent sur la petite estrade, mimant la danse de l’ours sous les applaudissements.

La jeune fille avait disparu, sans doute vers d’autres festivités.

En partant, Noël se pencha vers le grand- père : « Voyez-vous, je suis confus, mais j’ai oublié le prénom de votre petite- fille. Est-ce bête !

– Mais c’est Noëlle, bien sûr, gros étourdi ! » répondit le brave homme.

Noël, le Père Noël, devait maintenant se hâter vers la maison de sa sœur. Sur son chemin, se trouva un mendiant faisant la manche. Noël retroussa sa houppelande pour atteindre la poche de son pantalon et en extirper le billet de 20 € qu’il avait préparé.

Le mendiant, ravi, lui lança un « Merci M’sieur et… joyeux Noël ! »

GP

Aucun commentaire: