jeudi 8 septembre 2016

La sieste assassine

( texte composé sur le thème 56, autour du mot rayon )

C’était l’année où j’avais deux employeurs, travaillant à mi-temps pour chacun d’eux. Concrètement, cela se traduisait par deux bureaux assez éloignés l’un de l’autre à rejoindre chaque jour, deux serviettes besaces pour trimbaler toutes mes affaires, deux agendas, deux petites fractions de secrétaire. Heureusement qu’en matière d’organisation je me flattais alors d’en connaître un rayon ! La formule me convenait assez bien. Le problème était plutôt que j’avais bien plus qu’une double charge de travail avec le surmenage que cela impliquait.

Un jour où, en l’absence de mon patron qui était grippé, je devais présenter les résultats d’une étude importante à tout un aréopage de clients, je décidai de faire une petite sieste en tout début d’après-midi pour me reposer et récupérer. Malheureusement je n’entendis pas le réveil. Lorsque, tout moite, je repris mes esprits, il me restait juste assez de temps pour être presque à l’heure au rendez-vous.

Je bondis dans ma voiture en emportant la serviette que j’avais préparée avec les documents de présentation, mes notes, les résumés de l’étude à distribuer. Pas question de perdre du temps à chercher une place de stationnement dans la presqu’île. J’allai directement au parking des bords de Saône pour me heurter alors à une pancarte indiquant sa fermeture pour cause d’inondation. Les minutes passaient. La seule solution restait à prendre le risque d’une mise en fourrière pour stationnement sur un emplacement interdit.

Finalement, c’est en courant et tout mouillé de chaud que j’arrivai à la Chambre de Commerce avec près d’une demi-heure de retard. Un huissier m’attendait à la porte de ce bâtiment plutôt impressionnant. Nous grimpâmes les escaliers quatre à quatre. Je pénétrai dans la grande salle de conférence qui bruissait d’impatience, remontai l’allée centrale, me ruai à la tribune. Ouf ! J’étais sauvé. Et bien non, pas du tout. Il me manquait tout ce qui était nécessaire à ma présentation. Dans la précipitation et sans doute assommé par cette maudite sieste, je n’avais pas emporté la bonne serviette…

GP

Aucun commentaire: