vendredi 3 juin 2016

Mon fit bit !

( texte composé sur le thème 54, autour du mot maillot )

Savez-vous ce qu’est un fit bit ? Non ? C’est un petit objet connecté qui vous permet, entre autres choses, de compter vos pas, vos kilomètres, le temps que vous mettez à faire vos pas, vos kilomètres, qui vous dit si vous avez bien dormi, si vous vous êtes levé pour faire pipi ou boire (non, là, honnêtement il ne fait pas la différence), à quelle heure vous vous êtes couché et à quelle heure vous vous êtes levé. Il vous raconte votre vie, quoi !

Bref, c’est un objet dont je me suis passé, sans problème, pendant 50 ans et qui me manque terriblement depuis que je l’ai perdu. Comment ai-je pu le perdre d’ailleurs ? Il était toujours, toujours, dans ma poche et ma poche n’est absolument pas percée, j’ai vérifié, vous pensez !

J’ai cherché de partout pire que dans une série policière de la télé. J’ai secoué tous mes pantalons, mes shorts et mes maillots de toutes sortes, viré tous les livres des étagères (ça, c’était juste pour faire davantage policier) et retourné toutes mes chaussettes. Rien.

D’accord, je peux continuer à savoir à quelle heure je me couche ou me lève et si j’ai bien ou mal dormi. Mais, comprenez, c’était une présence, là, tout contre moi. Il connaissait ma vie aussi bien que moi, c’était bon…

Non, pour de vrai, comme disent les enfants, j’avais pour lui un attachement sentimental : il m’avait été offert par ma mère pour mon anniversaire. Vous me voyez lui dire que j’ai perdu son cadeau ? Les mamans sont de petites choses sensibles qu’il ne faut pas faire pleurer.

J’en ai donc commandé un autre, le même bien sûr, par internet, sans rien dire à personne (vous êtes les seuls à savoir, alors chut !). Il vient d’arriver, je vais cacher l’emballage je ne sais pas encore où. Les mamans sont de petites choses parfois curieuses qu’il ne faut pas contrarier.

Et la prochaine fois que je verrai ma petite mère, je pourrai lui dire, à la Cahuzac : tu vois, il ne me quitte pas !

J’ai mauvaise conscience, je me mens à moi-même. Le clone, le frère jumeau de mon ancien fit bit, est différent.

C’est à croire qu’il lit dans mes pensées et dérègle le processus. Il m’indique que je dors bien alors que mon sommeil est troublé. J’ai perdu mes pas vu que je marche dans les mêmes, je tourne en rond. Je suis de mauvaise humeur, plus rien ne va. Si cet objet est un objet de troubles, je sens que je vais le perdre… aussi…

Je l’ai donc oublié dans une poche d’un vêtement que je ne mets plus pour ne pas être tenté de m’en servir. Et la vie reprend, sans savoir si elle est bien réglée. Les mois passent et la garde-robe aussi. Je remets mon anorak délaissé depuis des mois, et… objet insolite au fond de la poche, l’égaré précieux émerge de l'hibernation. Mon fit bit ! Mon ange gardien est revenu. Ma vie va pouvoir se stabiliser.

Marie de Saintjean, Philomène

Aucun commentaire: