vendredi 10 juin 2016

La toundra française

( texte composé sur le thème 51, autour du mot maison )


Monsieur Fedor Fedorovitch VLADY, 2 impasse des Bourreaux, à ROUMAINVILLE


Vous m’avez demandé de vous fournir plus d’informations sur la maison dont l’annonce est parue dans "Le Journal de la Marne"… Votre nom m’évoque de tels bons souvenirs que j’aurais grand plaisir à vous dire que cette maison se trouve en Russie : Marina Vlady est en effet une actrice que j’adore et le couple qu’elle formait avec Robert Hossein restera gravé dans ma mémoire comme l’archétype de la sensualité. C’est certainement pur hasard que vous portiez son nom d’emprunt. Elle s’appelait Poliakoff à l’origine, comme ses trois sœurs qui ont toutes adopté un nom d’emprunt commençant par V comme la victoire. Et sans doute pur hasard également que votre deuxième prénom se rapproche de ce grand biographe russe à l’accent rocailleux qui fait passer l’âme russe dans toutes ses interventions.
Mais malheureusement, cette maison se trouve sur le plateau de Langres. C’est un endroit très calme qui pourrait offrir un agréable contrepoint à l’endroit où vous habitez. Non ! Loin de moi l’idée de dénigrer votre lieu d’habitation et encore moins le nom de votre rue mais vous ne trouverez rien de tout cela sur le plateau de Langres. A la rigueur quelques légendes aussi effrayantes que votre impasse, comme la légende de Saint Gengoult, le patron des maris trompés qui mourut le 11 mai 760 en tenant la peau de la main de sa femme perdue dans de l’eau bouillante. C’était un test pour prouver sa fidélité et son infidélité : si la peau tenait, c’est qu’elle était fidèle, si elle se détachait….
La maison qui est à la vente est fort heureusement exempte de mauvais œil. Si ce n’est l’œil de bœuf qui se situe au-dessus de l’étroite porte d’entrée et qui conjugue ses efforts avec deux autres petites fenêtres pour faire entrer une lumière généreuse... Si, si, généreuse… dans l’unique pièce de cette bergerie aux multiples possibilités. Une terrasse munie d’une longue table en bois flanquée de deux bancs prolonge cet espace et offre au regard un panorama illimité sur le plateau à peine vallonné. Les seuls bruits sont les bêlements de moutons et les hululements du faucon crécerelle. Si vous voulez retrouver en France l’ambiance de la toundra sibérienne, telle que vos ancêtres l’ont peut-être connue, c’est le lieu idéal. 
 Mariji Cornaton

Aucun commentaire: