lundi 16 mai 2016

Script du court-métrage : La Flambeuse

( texte composé sur le thème 53, autour du mot debout )

Séquence 1 : Intérieur - Maison – Jour

Trois enfants sont en vacances sur l’île de « Sol ». Dehors il pleut. Ils s’ennuient. Une petite grand-mère aux cheveux blancs tricote dans un coin. L’aîné l’appelle.

                    Gregory


– Mamie ! Tu veux bien venir jouer avec nous ? C’est mieux à plusieurs !

                    La grand-mère


Oui, bien sûr, mon petit ! Qu’est-ce que c’est comme jeu ?

                     Gregory

– Le Monopoly ! Tu connais, Mamie ?

                     La grand-mère

– Peut-être… C’est comme les Petits Chevaux ? Parce que les Petits Chevaux je connais bien ! J’y jouais quand j’étais petite avec ma Mémé…

La grand-mère parle d’une petite voix fluette et animée, sans se soucier de savoir si on l’écoute.

                     Gregory

Non, ce n’est pas tout à fait pareil, mais on va t’expliquer en jouant. Quelle couleur veux-tu ?

                     La grand-mère

– Moi, j’aime le rouge. Ma mémé disait toujours que le rouge donne bonne mine, mais il n’en faut pas trop quand même, juste un accessoire ou deux…

                     Gregory

– D’accord, Mamie, Tu prends le rouge. On va te donner des sous et…

                     La grand-mère

– Me donner des sous ? Il n’en est pas question mon petit !

                     Gregory

– Attends, Mamie ! Ce ne sont pas des vrais sous ! Ce sont des faux billets !

                     La grand-mère

– Et d’où sors-tu des faux billets ? Si ton père l’apprend…

                     Gregory

– Mamiiiie… ce sont des faux euros fabriqués pour le jeu !

                     La grand-mère

Des euros ! Mais moi je n’y connais rien aux euros, vous n’avez pas plutôt des francs ? Déjà qu’avec les nouveaux j’ai eu du mal, mais j’arrivais quand même à convertir en ajoutant deux zéros, mais les euros c’est trop compliqué !

                     Gregory

– D’accord, Mamie, on va dire que ce sont des francs.

                     La grand-mère

– Des nouveaux ou des anciens ?

                     Gregory

Heu… Qu’est-ce que tu préfères ?

                     La grand-mère

– Des anciens ! On était beaucoup plus riches à l’époque avec les anciens francs.


Séquence 2
. Intérieur Jour, un peu plus tard.

Les enfants ont installé la table avec le jeu.

                     Gregory

– Allez, on joue ! Tu commences, Mamie, lance les deux dés !

                     La grand-mère

– Ah ! C’est comme au Craps, alors ! Avec ton grand-père, nous allions parfois au Casino et nous jouions au Craps. C’était sur un bateau qui s’appelait, je m’en souviens, « Vent Debout ». J’avais trouvé que c’était un nom bizarre pour un bateau toujours à quai…

Gregory fait preuve d’une grande patience avec sa grand-mère qu’il adore, mais les deux plus jeunes s’impatientent un peu et trouvent que Mamie parle beaucoup.

Allez Mamiiieee ! Joueeee !

                     Gregory

– Là, on joue au Monopoly, Mamie. Allez, avance maintenant.

                     La grand-mère

Fais-le pour moi, mon petit, mes yeux ne sont plus très bons, tu sais…

                     Gregory

Ok ! Mamie, si tu veux, tu peux acheter une gare…

                     La grand-mère

– Une gare ? Et que veux-tu que je fasse d’une gare ? J’ai toujours eu horreur des gares ! Il y a tant de promiscuité et de saleté !

                     Gregory

– Mamie, c’est le jeu ; si tu achètes une gare, après tu pourras faire payer ceux qui y passent.

                     La grand-mère

– Non, non, non, je ne veux pas de gare ! C’est un jeu à dormir debout, votre Monopoly ! Est-ce qu’on a déjà vu des gens bien élevés acheter des gares ?

Le jeu continue. La grand-mère a beaucoup de chance et multiplie les bons coups. Elle gagne de plus en plus d’argent et les deux jeunes enfants affichent des mines désespérées.

                     Gregory

– Mamie ! Tu veux construire un hôtel rue de la Paix ? Ça rapporte beaucoup, tu sais !

                     La grand-mère

– Certainement, mon petit. Nous sommes allés une fois, ou deux, avec ton grand-père, dans un palace ; qu’est-ce que cela nous a coûté cher ! Après tout, si c’est moi qui peux faire payer les autres… D’accord pour l’hôtel, et je mettrai une table de Blackjack ! Ça va être formidable parce que c’est souvent la banque qui gagne !

                     Gregory

– Mamie, c’est encore à toi de jouer !

                     La grand-mère

– J’aime beaucoup ce jeu ! J’ai plein de billets ! Je me souviens d’un jour où j’avais gagné énormément d’argent au Bandit Manchot…

                     Un des petits

– C’est quoi, le bandit manchot ?

                     La grand-mère

– Une machine incroyable ! Tu baisses le levier, et hop ! Elle te donne des sous …

                     Gregory

– Je crois que tu as vraiment beaucoup de chance, Mamie… En tout cas, nous, on n’a plus rien ! Tu as gagné, Mamie !

La grand-mère fait un tas de ses billets, pose ses lunettes et regarde les trois enfants.

Bon, mes enfants, je vais vous apprendre quelque chose. On ne peut pas gagner si on n’aide pas la chance.

                     Un des petits

– Tu triches, Mamie ?

                     La grand-mère

– Pas du tout ! Il y a juste un petit truc à connaître pour lancer les dés. Un petit coup de poignet dont un monsieur m’a appris le secret.

                     Les enfants

– Dis-nous, Mamie, dis-nous !

                     La grand-mère

– Je vous dirai lorsque vous serez en âge de gagner de l’argent malhonnêtement au jeu. En attendant, mes chéris, je vous ai pris vos sous, tous vos sous ! Mais je vais tout vous rendre. Voilà !

Elle pousse le tas de billets vers eux.

– Achetez-vous ce que vous voulez ! Et n’oubliez pas la devise de la famille : « Force et noblesse !
Toujours debout ! »


Marie de Saintjean

Aucun commentaire: