lundi 19 janvier 2015

Entretien à risque

( texte composé sur le thème 39, autour du mot idéal )

« Vous êtes qui, espèce de gringalet ? Putain de bordel, c'est quand même pas une heure pour carillonner chez les gens ! Journaliste ? Biographe, rien que ça ? Curieux, baveux oui ! On avait rendez-vous ? Ah m... mince alors, j'avais oublié ! Et vous n'êtes pas foutu de me retéléphoner pour vous rappeler à mon bon souvenir ? Je m'demande si vous avez lu mon bouquin ! Z'êtes-t-y pas comme tous les autres de votre espèce, capable de m'filer une batterie de questions préfabriquées sans même avoir ouvert mon livre... Héhé, sans avoir creusé un seul chapitre de mes "Bourrelets intimes" ?

Ah ! Vous voulez vraiment savoir pourquoi j'ai choisi ce titre à la noix ? Ben vous êtes bigleux ou quoi ? Allez, entrez, jeune puceau, visez-moi donc ! J'ai qu'mon peignoir à ouvrir, vous verrez encore mieux ! Attention, vous êtes prêt ? 1... 2... 3... Et voilà ! Alors ça y est, y'a plus besoin d'un dessin ? Vous comprenez ? Des creux, des bosses, du muscle, mon petit... De l'idéal, du pur, du vrai ! Mais bon, ça m'empêche pas d'être coquette ! Et je vais vous faire une confidence, j'attache une importance particulière à mes chers petits pieds ; j'adoooore leur choisir les chaussures qui les mettront le mieux en valeur. Tenez celles que je préfère ce sont ces sandales, là, à talons hauts, qui me font paraître un peu moins courte sur pattes ; ben oui j'suis lucide ! Ça m'oblige à me vernir les ongles des orteils évidemment, j'y passe des heures, mais je suis sûre que je pourrais les exhiber en concours ! Regardez ! Plus prêt ! Ça vous plaît ?

N'ayez pas peur, allons, j'rigole ! Asseyez-vous ! On en était où ? Ah oui, vous voulez que je vous raconte ma vie... Ok, on y va, notez, notez ! Née en 65, dans une baignoire... Ma mère avait voulu accoucher dans l'eau ; c'était même pas encore à la mode ! C'est sans doute ce qui m'a prédestinée à ma future carrière de compétitrice en aquagym... Fulgurante carrière, certes, mais honorable ! Ne me vexez pas en prétendant deviner pourquoi ça n'a pas duré ; l'argument du poids, franchement, ce ne serait pas très élégant de votre part... Bon, mais avant cette période là, quand j'étais môme, figurez-vous, j'ai fait 68 en poussette ! Hé, j'me rappelle, mon père stockait les pavés dans la nacelle, sous mes fesses. A c'tépoque, j'ai dû respirer pas mal la poussière et les gaz lacrymo car j'ai gardé une espèce de flou dans la cafetière : on m'a toujours dit que c'était l'origine de mon côté disons artiste ! Après, jusqu'à 20 ans donc, sport études, ça aurait pu être tranquille, mais il y avait tous ces mâles qui tournaient autour de moi, entourloupés par mes yeux bleus, « couleur de ciel », y disaient... Alléchés aussi par mes formes accueillantes qui débordaient du maillot ! Des vagues bienfaitrices ! J'étais la plage de tous ces hommes. Oui c'est ça que j'raconte dans ce journal que j'ai publié, mes "bourrelets intimes". J'ai trié et livré les détails de mes liaisons les plus croustillantes ; j'avais pris l'habitude d'associer une rondeur, une poignée d'amour, ou même un boudin de phalange, à chaque nouvelle conquête. Impossible désormais de me résoudre à toute liposuccion, mes lecteurs ne comprendraient plus... Et je ne veux pas renier toutes mes belles aventures.

A 40 ans, et quelques, me voilà reconvertie dans la littérature ; mais je ne renonce pas à tous les plaisirs, si vous voyez c'que j'veux dire ! Dites-moi, mon joli, allons, puisque j'vous tiens, il me resterait bien un versant de fossette à vous dédier, ou ce repli du cou là... Approchez, rien que du naturel, ça vous tente ?... »

MF

Aucun commentaire: