samedi 25 octobre 2014

La beauté brune

( texte composé sur le thème 6, autour du mot appareil )

« Tu sais que chaque dimanche matin je vais me promener au parc avec mon appareil photo, c’est mon petit plaisir dominical, et quand je l’ai vue, j’ai tout de suite pensé à la beauté que tu avais croisée rue Sainte-Catherine, que tu m’avais décrite avec tant de ferveur, alors, c’est elle ? »

Sacha a décroché depuis longtemps du babillage incessant de son oncle Jalil. Il a même décroché du monde entier, a oublié jusqu’à son propre nom, car il a sous les yeux…

C’est elle. Pour sûr, c’est elle. Cette grande brune à l’œil condescendant qu’il a croisée avant-hier sortant de chez le bouquiniste à côté de la place du général Sarrail. Il la reconnaît sur cette photographie fraîchement développée : elle est assise sur un banc à la peinture bleue et écaillée, en face de l’étang aux canards, dont on voit un petit bout dans le coin inférieur droit. L’oncle Jalil était dos au soleil pour prendre la photo, et les rayons du dimanche automnal éclaboussent avec splendeur la face droite de son visage de porcelaine. La prise de profil est parfaite ; on imagine sans mal ses traits gauches identiques à ceux capturés sur l’image, tout à fait symétriques, ses pommettes hautes, ses yeux délavés, sa bouche pulpeuse maquillée de noir. Ses cheveux d’ébène qui cascadent délicieusement sur ses fines épaules jusqu’à la naissance de sa poitrine. Sa mine grave, sérieuse et triste à la fois. A quoi pense la dame vêtue de sombre sur son banc, le dimanche matin, en contemplant l’étang à l’eau pure ? Sacha peut presque imaginer sa robe légère frissonner au vent d’octobre, il peut presque entendre ses escarpins crisser sur les graviers ; pour un peu elle tournerait vers lui, surprise, ses yeux de saphir…

Il semble à Sacha qu’à tout moment son appareil digestif peut se révolter contre les émotions éprouvantes que génère en lui cette photo. Quel improbable hasard a replacé cette inconnue sur sa route ? Elle est belle à en mourir… Si elle savait qu’il a en ce moment même sous les yeux un cliché d’elle !

C'est décidé. Dimanche prochain, il fera le pied de grue à côté de l'étang avec l'oncle Jalil.

Chinmoku

Aucun commentaire: