mardi 3 décembre 2013

Drôle de métier

( texte composé sur le thème 27, autour du mot heure )

Si j’étais Proust, je vous dirais, bien sûr, que je me couche habituellement de bonne heure, ce qui ne fut pas le cas ce soir-là et je vais rapidement vous expliquer pourquoi, mais je vais d’abord requérir votre indulgence car je ne fais pas un métier facile, d’ailleurs je crois qu’il n’y en a pas, en fait, mais celui-là est particulier : je suis tueur de méchants, et à l’heure où je vous parle je suis débordé de travail car j’ai croisé dans la forêt trois chasseurs, idiots comme il se doit, qui tiraient à tort et à travers, et je ne supporte pas les assassins qui tuent gratuitement de jolis animaux pleins de vie, donc je les tue eux, gratuitement moi aussi, ce qui pourrait vous faire dire que ce n’est pas un vrai métier que j’exerce puisque je ne suis pas payé pour le faire, mais comme je m’y consacre à temps complet on peut penser que si, quand même, surtout qu’une fois que je les ai éliminés je dois m’en débarrasser définitivement, et proprement autant que possible, j’aime le travail bien fait, donc je les découpe après un laps de temps suffisant pour que le sang ne coule pas trop, et j’intègre les morceaux à des blocs de ciment qui me servent actuellement à bâtir un appentis attenant à ma maison, en attendant la construction de la nouvelle villa, et c’est pourquoi ce soir-là je n’ai pas pu me coucher de bonne heure parce qu’il fallait absolument que de ces trois méchants il ne demeurât RIEN.

Marie de Saintjean

Aucun commentaire: