mercredi 4 décembre 2013

Bulle

( texte composé sur le thème 26, autour du mot chemin )

Le chemin me semble en ce moment bien encombré et je me demande s'il ne faudrait pas chemiser l'intérieur de mon crâne, voire de tout mon corps avec du téflon afin que tout me paraisse mieux glisser. De même, faciliter l'évacuation du ras l'bol et de ma colère par un chenal spécialement dédié ne serait pas du luxe. Je m'éloigne, hélas, de plus en plus du chenapan et le papillon redevient chenille. A me surveiller ainsi, guettant le moindre coup de mou, coup de vieux, j'ai encore l'impression d'avoir mes aïeux aux basques. Heureusement, je n'ai rien gardé qui me rappelât quotidiennement la souffrance passée. Ainsi, faut-il vraiment être en symbiose avec sa parentèle et ne pas craindre les fourmis dans les doigts pour arborer fièrement la chevalière paternelle, souvent retaillée, à une main qui perd alors de sa singularité. J'ai d'ailleurs la même interrogation pour les porteurs d'alliance...

Cheveu après cheveu, je moquette ma datcha et j'en viens même à constater que la coulée régulière de ma pilosité jambière se raréfie à la cheville. Porque miseria ! Qui me regardera avec un œil neuf puisque je me lasse de cette déconfiture ? Je n'en suis pas encore à chevroter mais il est temps de se ressaisir car mâcher et remâcher ainsi le même chewing-gum prédispose au mouvement définitif des maxillaires, la pente vers le gâtouillage.

Le chewing-gum n'a qu'une seule raison d'exister : s'épanouir en grosse bulle rose et le bruit de l'éclatement. Le conditionnement bovin avant le « POP ! » la décrépitude rosâtre qui suit et de nouveau la mâchoire à MEEUUH, sont symboles de l'existence de chacun.

Je ne veux être qu'une bulle et pas synthétique, une bulle de savon sur le cou ou entre les seins d'une Muse, une bulle d'éternité irisée arc-en-ciel !

Danyel Borner

Aucun commentaire: