mardi 29 octobre 2013

Sale temps pour une vie

( texte composé sur le thème 25, autour du mot réserve )

Je suis originaire de Chine. Nombre de mes semblables y naissent encore et, comme moi, traversent les océans cachés dans un container, pour un misérable travail en France. On me dit souvent que je devrais me révolter tant mes conditions de vie sont discutables. Je suis à la disposition d’une dame. Mon rôle est simple : je dois être le plus discret possible jusqu’au moment d’entrer en action où je déploie sans réserve toute mon énergie.

Mais la plupart du temps je reste tapi dans l’ombre, trimbalé avec d’autres comme moi à son service ; elle nous utilise tour à tour sans discernement, selon son bon vouloir. Oui, utiliser, aussi choquant qu’il y paraisse, est le mot juste. Cependant que faire ? Je n’ai aucune garantie, aucun papier, rien ! De plus j’ai le sentiment d’avoir été conçu uniquement pour ce boulot ; je ne sais rien faire d’autre. Ici, je n’ai aucun avenir sans être la propriété de quelqu’un. Peut-être un recyclage en fin de carrière m’offrira-t-il une nouvelle vie ? En attendant je m’accommode de ma condition sans révolte. Je dois être efficace pour permettre à ma patronne de poursuivre sa route sans encombre puis, dès que disparaît le danger, elle me range dans son sac jusqu’à la prochaine pluie.

Richard Peucelle

Aucun commentaire: