mardi 5 mars 2013

Kyllian Gardiner (1)

( texte composé sur le thème 19, autour du mot gare )

Gardons-nous des généralités sur les artistes s'enfermant pour mieux rêver. Tous ne sont pas Proust, tous ne sont pas des Génies. Pourtant, il faut bien l'avouer, Kyllian Gardiner est de la trempe des visionnaires d'un siècle. Né en 1917 et décédé le jour de son anniversaire le 18 juillet dernier, c'est avec cette figure mythique de la photographie en chambre et du regard intérieur que nous clôturons cette série consacrée aux images argentiques.


En plein été 1917, c'est par accident que naît Kyllian Gardiner dans un wagon de train stationné en gare de Lyon à Paris. Sa mère, née Mira Soloukine, venue accompagner sa sœur se rendant dans le midi, sentant des secousses prématurées, a la présence d'esprit de se faire aider pour monter dans une voiture proche. C'est parmi une foule cosmopolite, gros hommes bruyants à cigares, femmes en voilettes et quelques bidasses rejoignant leur unité, qu'elle accouche avec un mois d'avance d'un long garçon calme. Une naissance en ce flambant mais étroit habitacle tracté par la rutilante Pershing G 140 commandée aux alliés américains détermina-t-elle sa vie et son parcours ? C'est ce que nous allons essayer de comprendre.


De père franco-anglais ayant participé activement à la guerre en tant qu'officier supérieur et mort fin 1918 de la grippe espagnole, Kyllian est élevé ainsi que son frère Garland et sa sœur Irina par sa mère et sa tante dans un petit hôtel particulier du quartier des Brotteaux à Lyon. En bordure de l'avenue, un parc botanique et zoologique, la Tête d'Or, permet de longues balades en landau que troublent parfois les rugissements des fauves récemment importés d'Afrique.

Une enfance faite de découvertes botaniques et entomologistes sans quitter son quartier ainsi qu'une éducation littéraire et artistique puisée en la vaste bibliothèque paternelle. Chaque jour, l'enfant puis le jeune homme, ne cesse de s'émerveiller de la vie microscopique ou invisible à tous. Lui, il sait. Il devine la beauté fugace ou cachée en toute chose et en toute personne. Il lit bien sûr les travaux de Freud et des adeptes de la psychanalyse mais sans se passionner pour une langue parfois bien absconse et auto-satisfaite.

Ce qui l'intéresse, c'est révéler la grâce. Sa mère, sa famille sont l'objet d'une attention savante et délicate. Il n'a de cesse de reconstruire le visage défait par le chagrin de sa tante Uliana lorsqu'elle perd la tête petit à petit suite au décès brutal de son amant, le chef jardinier du parc voisin. Il trouve suffisamment de fantaisie et de force pour seconder Mira dans son rôle de mère dès l'âge de 8 ans bien qu'il ne fût pas l'aîné. En 1937 il est orphelin deux fois, de sa mère et de sa tante qui se suivent dans une lente agonie dépressive. L'aînée de la fratrie, Irina, quitte vite la maison pour suivre un aventurier misant sur les ressources minières sud-africaines et Garland, cadet de dix mois de Kyllian, s'engage dans l'armée en souvenir d'un père qu'il n'a pas connu.


Des cousins influents régissant sans filouterie les affaires familiales facilitent, par égard et reconnaissance pour ce jeune homme si proche d'autrui, son statut très particulier de chercheur et poète. À l'abri d'un toit et des vicissitudes d'une époque de nouveau troublée, il échappe ainsi à la conscription de 1937 et aux cafouillages du régime de Vichy grâce à un certificat médical de complaisance. Sortant de moins en moins pour ne pas croiser la botte vulgaire et le manteau traître, il échafaude en cet hôtel solaire et solitaire les théories les plus extraordinaires sur la lumière intérieure. De ces recherches qui durèrent pratiquement le temps de la guerre, nous n'avons hélas aucune trace puisqu'à la veille de montrer ses premiers travaux, Kyllian Gardiner brûla toutes ses archives préparatoires. Ce que nous avons à montrer aujourd'hui, c'est presque 80 ans de silence habité, de paysages de l'âme et de rêves aux promesses écloses.


Danyel Borner

Lisez la seconde partie de ce texte sur la page : Kyllian Gardiner (2)

Aucun commentaire: