mercredi 13 juin 2012

Goûter

( texte composé sur le thème 11, autour du mot goutte )

L’impatience qui allait jusqu’à faire trembler son corps tout entier lui était inhabituelle, non pas qu’il fût d’un caractère insensible, mais il avait appris à modérer toute expression de ses moindres sentiments depuis que sa tante Léoncie avait pris les rênes de son éducation au début des vacances à Dombray, au grand dam de sa mère, bien que celle-ci se gardât de laisser paraître une désapprobation justifiée. Mais la singularité de cet après-midi, dont il craignait que la chaleur excessive ne gâchât la fête qu’il avait imaginée jusque dans ses détails les plus anodins, était la présence de la petite Madeleine à ce goûter. « Comme vous êtes un de plus, Françoise a rajouté un thé » entendit-il déclarer sa mère, alors qu’il émergeait d’une syncope n’ayant eu de réalité que pour lui. « Ursule, ôte, veux-tu, ton chapeau pointu. C’est amusant, ne trouvez-vous pas, comme elle peine à perdre son accent circonflexe presque inintelligible. Marcel, tu n’as pas goûté une goutte de thé ! »

Hache
 

2 commentaires:

Hélène a dit…

Ah, le plaisir des phrases longues et de leur rythme... Ce texte me donne envie de me plonger à nouveau dans une page de Proust, pour goûter cette musique là, moi qui suis habituellement tout occupée par les textes brefs et incisifs. Tant de moelleux, de vent et de voyage dans ces bascules au long court et ces subjonctifs... Merci, Hache !

Hache a dit…

Merci, Hélène, pour votre appréciation, quelque peu imméritée car il est aisé d'écrire "à la manière de" quand on connaît bien l'original... D'ailleurs la sagesse populaire ne dit-elle pas: "Les imitateurs n'ont de talent que celui des autres"?