mercredi 23 mai 2012

La perle du Dragon (2)

( texte composé sur le thème 10, autour du mot pont )

Retrouvez la première partie sur la page : La perle du Dragon (1)


Les Pies jasent un moment puis leur porte-parole suggère prudemment :

– Eh bien Majesté... C'est-à-dire... Au moment où cette créature, ce Dragon, entamait une sieste, nous avons bien cru apercevoir sur Terre une ombre... peut-être l'un de vos ministres... sans doute celui-ci... le grippe-sou..., dit l'oiselle en désignant le Rat.

Furieux, le Rat se dresse vivement sur ses petites pattes et s'indigne :

– Seigneur ! Dieu du Ciel ! Qu'aurais-je fait d'une perle ? Je n'aime que les espèces sonnantes et trébuchantes. N'était-ce pas plutôt le Chat, ce fourbe qui envoie aujourd'hui un vulgaire suppléant ? dit-il en désignant le Lapin.

Le Lapin se retrouve en trois ressorts aux pieds du trône :

– Seigneur ! Dieu du Ciel ! Qu'aurions-nous fait, Compère Chat et moi-même, d'une perle ? Nous aspirons au calme et à l'oisiveté, pourquoi donc nous encombrer ? N'était-ce pas plutôt ce bellâtre ? dit-il en désignant le Serpent.

Le Serpent ondule jusqu'au bord des babouches de l'Empereur, hausse le cou et minaude :

– Seigneur ! Dieu du Ciel ! Qu'aurais-je fait d'une perle ? Je ne vois pas l'intérêt d'un bijou si je ne peux l'exhiber en public ! N'était-ce pas plutôt cet agitateur ? dit-il en désignant le Coq.

Le Coq irrité bat bruyamment des ailes et réplique en chantant à percer les oreilles :

– Seigneur ! Dieu du Ciel ! Qu'aurais-je fait d'une perle ? J'aime ce qui brille mais sans combat pour l'obtenir, ça ne vaut pas le coup ! N'était-ce pas plutôt ce pantouflard ? dit-il en désignant le Chien.

Le Chien, imperturbable, prend le temps de se dépoussiérer les oreilles et jappe posément :

– Seigneur ! Dieu du Ciel ! Qu'aurais-je fait d'une perle ? J'aurais risqué d'être banni et qu'on ne m'aime plus ? N'était-ce pas plutôt cet acrobate ? dit-il en désignant le Singe.

Le Singe se trémousse et gesticule et piaille devant l'assemblée :

– Seigneur ! Dieu du Ciel ! Qu'aurais-je fait d'une perle ? Si ce n'est pas le résultat d'une compétition sportive je n'en vois vraiment pas l'intérêt ! N'était-ce pas plutôt ce frimeur ? dit-il en désignant le Cheval.

Le Cheval reste campé sur ses solides pattes ; il retrousse involontairement les babines et concède quelques brefs hennissements :

– Seigneur ! Dieu du Ciel ! Qu'aurais-je fait d'une perle ? Je n'ai rien besoin d'acheter puisque je possède le plus beau trésor, la liberté ! N'était-ce pas plutôt ce prédateur ? dit-il en désignant le Tigre.

Le Tigre, d'une démarche chaloupée, fait le tour de la salle et se campe devant l'Empereur :

– Seigneur ! Dieu du Ciel ! Qu'aurais-je fait d'une perle ? Je suis parfaitement apte à convaincre de ma force le peuple des montagnes sans user d'artifice. N'était-ce pas plutôt cette écervelée ? dit-il en désignant la Chèvre.

La Chèvre en tremble de la barbichette et bêle faiblement :

– Seigneur ! Dieu du Ciel ! Qu'aurais-je fait d'une perle ? Ajoutée à mon collier, elle me rendrait encore plus vulnérable ! N'était-ce pas plutôt ce goret ? dit-elle en désignant le Porc.

Le Porc, dodelinant de la panse entre ses courtes cuisses, grogne de dégoût :

– Seigneur ! Dieu du Ciel ! Qu'aurais-je fait d'une perle ? Moi si solitaire, à quoi me servirait cette chose même pas comestible ? Si le Dragon est sot et les Pies bigleuses, qu'y pouvons-nous ? Et Monsieur le Bœuf va-t-il arrêter de nous ennuyer avec ce qui n'est, après tout, que... bagatelle ?

Le Bœuf, vexé, s'apprête à charger et met en branle sa lourde carcasse, mais le plus jeune gamin du vacher le retient... L'enfant a osé un pas ; il passe un bras autour du cou de l'animal, comme pour l'apaiser, et tend l'autre, poing fermé, en direction de l'Empereur, sollicitant timidement l'attention :

– S'il vous plaît...

Puis il ouvre lentement la main ; au creux de sa paume brille la plus belle perle que nul n'ait jamais vu, un bijou étincelant, opaque et lisse... Une rumeur parcourt l'assistance ; l'Empereur écarquille les yeux.

– Monsieur le Dragon a bien fait tomber ceci avant de s'assoupir sur le flanc de la vallée... J'ai vu la perle atterrir et rouler dans le trou où mon frère et moi conservons nos billes... Je l'ai prise dans ma poche, elle était si belle, j'avais envie de la garder pour moi tout seul ! Je ne savais pas qu'elle était si précieuse ! Mais j'ai bien compris : si je veux revoir Maman, je dois la rendre...

Le garçon remet alors le joyau à son ami le Bœuf qui le passe au Porc, et tous les autres font la chaîne : la Chèvre, le Tigre, le Cheval, le Singe, le Chien, le Coq, le Serpent, le Lapin et le Rat... Enfin la perle parvient à l'Empereur qui la dépose lui-même sur la langue du Dragon ému et soulagé...

La séance est levée... Le Dragon libère les Pies, qui s'égaillent aussitôt et sillonnent la voûte... Ainsi le pont de leurs ailes permettra bientôt qu'une famille soit traditionnellement réunie... Et surtout, cette année, la fée tisserande et le vacher pourront encore s'aimer, une nuit entière.


MF

Aucun commentaire: