mardi 27 septembre 2011

De filles en aiguilles (2)

( texte composé sur le thème 2, autour du mot aiguille )

Retrouvez la première partie sur la page : De filles en aiguilles (1)


... Angèle lâcha son ouvrage et regarda sa fille, une lueur d’hésitation dans les yeux.
– Dis-lui, Angèle, intervint Pierre. Christelle est sa tante. Nous faisons tous partie de la même famille. Lana a le droit de savoir : ce qui est arrivé à sa tante est arrivé à notre famille !

Lana dont les yeux bleus étincelaient comme un lac au soleil eut envie de sauter au cou de son père. Angèle hocha la tête. Quoique son attention fût concentrée sur le passé, ses traits se détendirent et, la gorge serrée, elle confia :
– Christelle était très amoureuse d’un jeune homme. Il s’appelait René. Elle avait seize ans alors, et l’on commençait à parler de guerre avec l’Algérie. Un an après leur rencontre, il a été appelé sous les drapeaux comme nombre de jeunes gens. Mais il a été tué trois mois après son incorporation. Elle était enceinte, et comme elle ne l’avait dit à personne, elle a décidé d’avorter clandestinement. Clandestinement, parce qu’à l’époque, c’était illégal et considéré comme un crime. Mais elle a été mal conseillée. L’homme qui s’est occupé d’elle - c’était un tailleur - opérait dans une arrière-boutique où les conditions sanitaires étaient déplorables. Ta tante a failli y passer : elle est rentrée à la maison très affaiblie, incapable de parler mais avec une hémorragie telle que tes grands-parents l’on fait immédiatement hospitaliser, avec la plus grande discrétion, dans une clinique…

Angèle avala sa salive et, tout à ses souvenirs, acheva son récit avec peine.
– Nous avons tous eu très peur pour sa vie. Elle a été sauvée de justesse. Le chirurgien qui s’est occupée d’elle a trouvé, dans ce qui lui restait d’utérus, un morceau d’aiguille à tricoter...

Michèle Rodet

2 commentaires:

Danyel a dit…

Terribles contrastes : sensualité de la matière, travail du fil et de la laine à travers le temps,et répétitions, encore aujourd'hui d'une intime et désespérée réponse à un questionnement soudain.
Travail, question, deux synonymes inquisiteurs. Tyrannie de l'objet féminin stigmatisant une femme-objet pour l'obtention d'une liberté...

Michèle Rodet a dit…

De même que la naissance interroge la mort, de même la vie questionne le destin, et le sujet l'objet, et le féminin le masculin, et l'enfant le parent...
Il est un temps où le fil de la parole permet de lier et de renouer avec des événements qui se sont déchaînés sous d'autres cieux et en d'autres circonstances. Bien que cela soit encore douloureux, cela peut être salutaire. Alors, les deux versants du vivant peuvent poursuivre ensemble leur chemin, la main dans la main...